L’homme qui murmurait à la Terre

Avec les années, notre mère la Terre se fatiguait.

Elle était épuisée du manque de considération et de respect que ses enfants humains avaient pour elle. Elle leur avait pourtant tout donner. De l’eau et de la nourriture en abondance, des variations de climat et de paysage offrant une diversité que les autres planètes lui enviaient, des ressources naturelles permettant à tout être suffisamment débrouillard de se créer un havre de paix.

Pourtant cela n’était pas assez.

La cupidité de l’homme l’avait poussé à abuser de ses dons au point que beaucoup de choses étaient sur le point de s’éteindre. La Terre avait beau gronder, rien n’y faisait. Même ses punitions n’avaient que des effets éphémères et illusoires. Lassée, elle était sur le point de renoncer quand l’un de ses enfants vint s’adresser à elle.

Il s’inquiétait pour elle, se demandait si son avenir n’était pas en péril. Voyant la sincérité de cette démarche, la Terre décida de se confier à lui. Elle lui expliqua tous ses maux, la douleur que tous ses autres enfants lui infligeaient, l’envie de renoncer. Car, après tout, à quoi bon se battre seule pour tous ces ingrats. Cependant, elle reconnut que cet échange lui laissa apercevoir une lueur d’espoir. Peut-être que parmi ses enfants, d’autre comme lui, se souciait d’elle.

Il lui proposa son aide. Il voulait l’aider, la soulager, lui permettre de se reposer. Après de longues heures d’échanges, ils réussirent ensemble à trouver un compromis, car elle ne voulait pas qu’il se tue à la tâche. Ils décidèrent de travailler de concert. Elle ne pouvait partager ses pouvoirs et ses facultés. Elle délégua donc ce qu’elle pu. Il serait en charge de toutes ces petites tâches qu’elle négligeait de plus en plus : Veiller à ce que les nuages circulent bien, à ce que la nuit et le jour ne s’éternisent pas pour voler la vedette à l’autre…

Il devint le médiateur entre les humains et les éléments. Si les premiers ignoraient son rôle, les seconds appréhendaient mieux cette espèce barbare grâce à ses récits.

Un nouvel équilibre avait vu le jour et durant des années il perdura jusqu’à ce que l’homme ne puisse plus. Alors pour le récompenser de toutes ces années, la Terre le rappela à lui et le transforma en un arbre de vie massif et impressionnant. Il demeurerait, plus que jamais, le lien entre sa Mère et ses Frères.

Laisser un commentaire