Rencontres #1 – Nouveau départ

NOUVEAU DEPART

Il commençait à se demander si tout plaquer avait été son meilleur choix. Assis dans ce car, le menant vers un nouvel inconnu, il ne pouvait s’empêcher de laisser ses pensées se diriger vers la femme qu’il venait de quitter quelques jours plus tôt. Vingt ans à s’aimer et à finir dans l’indifférence. Vingt ans à construire une vie à deux pour finalement repartir à zéro seul. Vingt ans qui lui semblait avoir duré une éternité. S’il savait que la décision de partir était la bonne, il n’en demeurait pas moins que l’inconnu était effrayant.

Se retrouver seul, dormir seul, vivre seul, en serait-il vraiment capable ? A plus de 50 ans, quitter le confort d’une vie n’était pas chose évidente. Beaucoup le trouvait ridicule, d’autre soulignait son courage et certains l’enviait même. Cependant, assis seul dans ce car, au milieu des autres voyageant en famille, en groupe ou en couple, le doute l’envahissait et sa solitude lui semblait bien plus lourde à porter qu’il ne se l’était imaginé.

Il se focalisait sur le paysage défilant par la fenêtre faisant abstraction du reste du monde. Le car ralentit. Un nouvel arrêt se profilait. C’est là que son regard fut attirée par cette nouvelle personne. Elle était dans sa bulle. Ses écouteurs dans les oreilles. Ignorant le monde qui l’entourait, elle remuait ses lèvres en synchronisation avec les paroles sortant de son MP3. Son corps se déhanchait légèrement au rythme de la musique.

Mécaniquement, elle avança le long du car, ramassant son sac à dos au passage et déposant son autre valise dans la soute. Il ne la quittait pas des yeux quand sa silhouette apparut dans l’allée du car. Laissant ses pieds la guider, elle se glissa sur les fauteuils à côté de lui. Du coin de l’œil, il observa sa routine. Prenant place contre la fenêtre, elle retira sa veste, laissant apparaître des formes avantageuses, replaça son écharpe autour du cou et commença à fouiller dans son sac. Elle en sortit une bouteille d’eau, un carnet et un stylo. Elle se positionna légèrement en diagonale, ce qui s’il ne se montrait pas discret risquait de trahir l’intérêt qu’elle suscitait en lui.

Chantant toujours en silence, elle affichait un large sourire et son corps remuait légèrement suivant toujours les différentes mélodies diffusées dans ses oreilles. Son stylo faisait le va et vient entre ses lèvres et les pages de son carnet. Pendant quelques secondes, il se rêvait à la place de ce stylo. Manipuler par ces mains fines et élégantes ou mordiller par ces dents que des lèvres joliment dessinées dissimulaient. Le reste du voyage lui parut beaucoup plus rapide. Le paysage ayant perdu tout intérêt pour lui, tant il était captivée par la jeune femme devant lui. Elle avait la vie devant elle et une incroyable énergie émanait du moindre de ses gestes. Elle lui rappelait tout ce qu’il était et tout ce qu’il voulait être encore. Elle était tout les possibles que cette nouvelle liberté pouvait lui offrir.

Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas qu’elle s’était arrêtée d’écrire et que dans un demi-sourire, un brin malicieux, elle s’était mise à l’observer. Gêné, il lui adressa un léger sourire, tandis qu’elle retirait ses écouteurs pour s’adresser à lui. Sa voix lui apparut comme une douce mélodie alors qu’elle se présentait à lui et commençait à lui poser des questions sur les raisons de sa présence dans ce car. Ils passèrent une partie du voyage à faire connaissance. Il se surprit à se confier à elle sur sa décision de mettre un terme à une relation qui était devenue une collocation platonique avec les années passant. Elle était impressionnée par son courage et lui parla de ses rêves d’écriture et de voyage.

Il constatait avec amusement que de temps en temps, ses mains semblaient se dissocier du reste de son corps, pour rédiger quelques mots alors qu’elle ne cessait de lui parler ou de répondre à ses questions. Quand le chauffeur annonça le terminus, il sentit son cœur se serrer à l’idée de mettre un terme à cet échange. Elle se rhabilla et, en passant devant lui, déposa une feuille de papier sur le siège vide à côté de lui avant de se glisser dans la foule et de disparaître aussi rapidement qu’elle était apparu. La cherchant parmi cette masse d’inconnus, il attendit quelques minutes avant de lire les mots lui étant adressé. Un large sourire se dessina quand il découvrit une écriture élégante mais un brin maladroite dû au mouvement du véhicule, « Oser est un début des plus prometteurs … ».

Ces quelques mots résonnèrent en lui jusqu’au soir. Il avait enfin posé son paquetage dans ce petit bed & breakfast à l’ambiance cosy et feutré. Un roman à la main, il allait prendre place dans le salon en attendant l’heure du dîner, quand il stoppa net sa trajectoire. Assise à une table, les écouteurs dans les oreilles, un stylo en main avec lequel elle semblait survoler les pages de son carnet, la jeune femme du bus était là. Le mot qu’elle lui avait adressé était glissé dans les pages de son livre. Il le sortit et le déposa sur la table devant elle, alors qu’il prenait place. Elle s’arrêta d’écrire, regarda le mot et avec un large sourire laissa à nouveau tomber ses écouteurs et son stylo pour lui accorder à nouveau toute son attention. Elle avait raison, « Oser » était plein de promesses…

Laisser un commentaire